Méditation et prières

Le frère réveillé

(sur Marc 13, 33-37)

 En veilleur, je suis éveillé dans cette Cité endormie ;

j’ai changé mon regard sur l’humain, avec lui je festoie ;

Jésus m’invite à réveiller mes proches, à ouvrir chez toi

la joie d’être une vie d’Amour, un dévouement sans compromis.

 

La fausse absence de Dieu

(sur Marc 13, 33-37)

 En mes journées où tout s’éteint, j’ai à rester vigilant ;

Dieu m’y semble absent ; mon espérance est un élan brûlant,

l’assurance d’être toujours par Lui appelé à le trouver ;

je me sais déjà chéri aux Cieux et ici-bas couvert.

 

Ils ne font rien de particulier ou d’extraordinaire pour attirer les regards.

Il faut être attentif pour les découvrir.

Quand ils sont là, il y a du respect dans l’air

et de la tolérance et

de l’amour

et une autre tournure des esprits et des cœurs…

Une autre lumière.

Une joie et une espérance qui viennent de l’Évangile.
Ils ne se cachent pas.

Ils n’ont pas honte mais ils sont discrets car ils savent que

les grandes moissons germent dans l’obscurité de la terre et

que les grandes récoltes se préparent dans les profondeurs.
Ils sont présents, discrets et humbles, comme le levain.

Ils font bouger le monde.

Ils existent.

Il suffit d’être attentifs et on les voit, nombreux,

dans les lieux de chaque jour.
D’ailleurs, au milieu de la foule indifférente,

tu es peut-être de ceux-là ?... »

Charles  Singer